Carnet de route 2013

Nouvelle saison : les news !

La saison 2013 est encore chaude qu’il faut déjà repartir sur la suivante. Une trève ? Non bien au contraire, je devais réagir sur bon nombre de domaines dont le tir à l’arc avant de penser à me reposer. Ce sera donc pour plus tard, et aussi, en même temps !

J’ai mis ma vie entre parenthèses pendant près de dix mois sur la saison 2013, sans parler des éditions précédentes (voir la page «calendrier»). A mon retour des championnats du Monde, je n’avais plus cette longueur d’avance à laquelle j’attache beaucoup d’importance pour être réactif pendant le rush de la saison sportive. Il s’agissait alors de régler toutes ces affaires professionnelles, logistiques et administratives pour repartir dans de bonnes conditions en 2014. Je suis rentré il y a un mois, et depuis je ne touche pas terre.

 

De Nîmes à Antalya 2013, numéro 1 mondial !

Une saison magnifique, tant par les résultats qu’elle n’a de sens. Espoir, doutes, volonté, combativité, ambition, déception, obstination, abnégation, ombre, lumière, joie, colère, soutien, isolement, confiance, réussite, ensemble... J’ai commencé le tir à l’arc alors que j’avais neufs ans, alors que j’étais colérique. Ma mère choisissait de me faire découvrir ce sport, judicieusement, en me laissant la liberté de répondre au «qui je suis ?» et au «pourquoi je suis fait ?». Après deux ans je stoppais pour reprendre un arc onze années plus tard, en 2004, alors que je commençais ma vie professionnelle dans la marine. J’ai appris l’autonomie par mon enfance et par mon métier, quel beau cadeau...

 

Paris 2013, les fontaines du Trocadéro, une finale grandiose !

Nous lisions «Paris 2013» dans les annonces, nous savions petit à petit que l’évènement prenait de l’ampleur, jamais une finale de coupe du Monde n’avait été aussi proche au point de la toucher du doigt, chez nous français, au coeur de notre patrimoine historique mondialement connu... Pourtant, nous n’avions pas la mesure de ce qui se voit et se vit une fois la finale lancée. C’était une rencontre grandiose et spectaculaire.

 

Antalya : vice champion du Monde et bronze par équipe !

C’est un nouveau site que nous avons découvert après l’habituel et bien connu d’Antalya. Celui-ci est à Belek, une demie-heure à l’Est d’Antalya, en bord de mer. La destination laisse rêveuse, enfin surtout lorsqu’on ne parle pas de tir à l’arc car la météo du bord de mer reste chaotique et nous allions en découdre avec un éventail climatique assez large !

Nous prenions part à la compétition avec l’entraînement officiel le lendemain de notre arrivée. Un peu court à première réflexion faite, mais au final, le programme de compétition étant très diffusé sur la semaine, cette arrivée tardive nous laisser profiter de chez nous avant de rentrer dans l’attente, ou dans l’impatience...

 

Finale de la coupe du Monde, Paris 2013 !

"Je m'en vais avec mon arc sur les fontaines du Trocadéro en face de la Tour Eiffel dans ma capitale"... Je mesure le chemin parcouru, être présent sur cette finale sans utiliser la "wild card" du pays hôte est énorme, tout comme elle sera la deuxième consécutive après Tokyo ! Figurer parmi les finalistes de la coupe est un prestige, une fierté, une récompense d’une saison entière synonyme de travail. Etre finaliste l’année où cette finale se déroule dans un écrin magnifique chargé d’histoire, est un honneur. La FFTA, le comité d’organisation, la World Archery, auront déplacé des montagnes pour arriver à décrocher l’autorisation de produire un tel évènement dans un tel lieu. Paris est souvent citée comme la plus belle ville du Monde, c’est une occasion en or pour la promotion de notre sport ! Imaginez une Marseillaise retentir dans ce contexte...

 

adesignlogo site pj repaxcelbeitereastonfbshoyt pilla minox socks selectour