WC2 Antalya 2012

9La deuxième manche de la coupe du Monde vient de se terminer à Antalya. Le voyage est toujours plus éprouvant vers cette destination, avec une escale et des retards. A l'aller départ de la maison à 4h pour arriver à 21h à Antalya, au retour départ 7h arrivée 23h. Les conditions météo étaient plutôt bonnes, 25 à 30°C, et quelque fois un vent moyen à négocier avec attention sur ce terrain où il ne faut pas trop chercher à comprendre d'où il vient ! Je termine 9e de la compétition individuelle. A chaque coup, il faut être prêt le jour des matchs, et ce n’était pas le cas pour moi cette fois. Grosse fatigue et douleurs étaient au rendez-vous cette semaine. Rien de grave je vous rassure, je m’y attendais et j’ai ainsi pu assurer quelques points précieux pour rester dans les finalistes potentiels de la coupe du Monde à Tokyo (6e sur 7). 

Mes objectifs cette année sont de rester dans le top 8 des qualifs de façon systématique, et de me sélectionner pour Tokyo, peu m’importe le classement.

Je terminais cette fois 8e des qualifications avec 705. Le score a été difficile d’accès, je devais me dépouiller sur chaque flèche, chaque point compte... Par exemple, avec 700 points, vous pouviez être 11e, ou 20e !!! C’est un niveau très dense, qui peut s’avérer délicat si on prend un match à la légère. On peut très bien être dans les 8 et rencontrer un Roger Willet, triple vainqueur de WC au premier tour en 16e avec ses 700 et 20e aux qualifs !

Nous n’avions pas de scorer ou de tableau pour suivre notre position lors du tir. Je lâche tout sur ma dernière volée et arrache un 60. Bien m’en a pris, et je me retrouve en barrage pour la 8e place contre Dietmar Trillus. Une seule flèche pour nous départager, directement après les qualifs. Je voulais cette flèche, en revanche des mondiaux en salle, lui qui m’avait sorti à 149/150 au barrage 10/10. Je ne me pose pas de question et pleine bille contre 10 droite. Je gagne ma huitième place. Revanche ne veut pas dire rancune, et il y a beaucoup de respect dans mes paroles, surtout contre cet archer que j’ai appris à mieux connaître.

Cette place dans les huit pour entrer direct dans les protégés jusqu’en 16e de finale était une bonne opération puisque le lendemain était une journée d’autant plus difficile qui m’attendait. J'économisais alors mes forces en ne tirant pas les 48e et 24e de finale. Si depuis quelques semaines je découpe le 10 par paquets de 12 ou plus, avec un 9 de temps en temps, ce matin de jeudi je ne touchais pas le 10 à l’échauffement, des 9 et 8 en pagaille. Je suis allé chercher loin dans l’effort, visée et mise en place façon Jacques Mayol, je gagne d’un point à 145 contre Sam Kyritsoglou de Belgique (Vainqueur de WC Porec 2010).

Je rencontre ensuite un Iranien performant, Reza Zamaninejad. Je pars avec du retard et je gratte des points pour être à égalité à 117. Dernière volée il lâche 30 et moi 27 groupé gauche, lâché gauche, je n’arrivais plus à tenir. Pas de regret, je marque 5 points sur la WC.

Par équipe j’avais réussi à retrouver un peu de sensation pour assurer le coup. Je tire en troisième position et j’aime tout particulièrement cette place. Le 1 ouvre le bal, le 2 assure un bon déroulé, le 3 termine le taff. Chacun de nous trois bien en place, le Venezuela marque 4 cordons 10 sur la première volée, et continue ainsi jusqu’à la fin du match et l’emporte avec 2 points d’avance et plus de réussite que nous. C’est aussi ça le sport. Sans gravité, l’objectif n’est pas là, et la logique était surtout d’abord individuelle. Nous avons respecté notre fonctionnement et les impacts proches le confirmait.

Le mot d’ordre pour moi cette semaine est ‘‘remise en condition opérationnelle’’... RACO comme disent les marins. Le programme est dense. Vendredi départ pour Boé en division nationale arc à poulies, puis stage de prépa Europe jusqu’à mardi au même endroit dans la foulée et ensuite les Europe à Amsterdam le weekend suivant !

J’ai du mal à cacher mon impatience à m’entraîner et à participer à cette compétition nationale. Je ne suis pas rassasié avec Antalya, tant mieux ! J’ai envie de podiums, de records, de sensations fortes... Si vous me cherchez, je suis derrière mon arc sur le terrain à Salaise !

A bientôt !

© stain photo. All Rights Reserved.