BTC, KOA : Le Grand Nord !!!

 

Nouvelle vie, nouveaux arcs, nouveaux formats, autant de choses qui façonnent un quotidien rythmé par une profonde réflexion qui précède les choix importants. Le temps passe vite mais je ne suis pas pressé pour construire. Ainsi, je travaille sur de nouveaux matériels, sur une évolution de ce site Internet, sur la vie que je souhaite mettre en place. Les choix ne sont jamais bons dans un environnement de vacarme, et je suis désormais au calme, c’est très agréable à vivre !

 

Cette semaine a été toutefois bringuebalante avec un premier voyage de déménagement Côte d’Azur - Rhône-Alpes, l’arrivée du nouvel arc, le départ vers le Nord pour une série de compétition et de réglages.

 

Ainsi, Je passais de Toulon à Valence, de Valence à Wingles, de Wingles à Weert, de Weert à Paris. Stop retour à Valence pour récupérer un deuxième arc arrivé en mon absence, et je m’apprête à repartir à La Roche Blanche en visite chez Arc Système, jeudi. J'adore !

 

Le détail comprend une bataille de 10 à cinq euros din Ch’Nord, un mini Végas en Hollande, un tir dans une plaque de ferraille, une séance de réglage intensif de nouveaux jouets avec les copains bricoleurs… Bon café ;-)

 

 

 

 

PODIUM X

 

Thumbnail imageCommençons par le nouvel arc : il s’agit d’un Hoyt, ça, vous vous en doutiez, et j’ai choisi un de chaque soit un petit nerveux de 37 pouces d’entre-axes, et un grand confort de 40 pouces. C’est le petit que j’ai reçu en premier, soit celui qui vraisemblablement sera monté en version FITA dès le mois de janvier. Le grand est tout prêt, je me rapproche de lui à TGV Paris / Valence au moment où j’écris ces lignes. Je pense que mon choix sera le grand pour la saison salle.

 

Malgré un petit entre-axes (car je reviens vers un arc de grande taille pour la salle) et très peu de temps pour régler, je décide tout de même de partir avec le gamin dans le sac. Je voulais savoir ce qu’il avait dans le ventre, et commencer à prendre des mesures sur le terrain. J’ai donc couru, littéralement, mercredi pour le mettre en route avant de prendre le train pour Lille le lendemain matin !

 

 

 

FBS

 

Thumbnail imageJ’ai profité de ce voyage pour rendre visite à mon partenaires câblages FBS : Flanders Bow Strings.

 

Guillaume et Ludo étaient à l’oeuvre dans les nouveaux locaux de Flanders Archery à Courrières. J’en ai profité pour voler quelques images pour illustrer un prochain article de laboratoire sur les câblages ;-)

 

 

 

 

BIG TEN CHALLENGE

 

Le soir au club de Wingles, Sébastien Brasseur organisait un tournoi tout particulier que nous avions abordé ensemble quelques semaines plus tôt. Le concept reprend ce que nous avons rencontré aux Etats-Unis lors de nos périples vegassiens : un tournoi amical sur le gros 10, une seule série, des matchs et une mise de cinq euros par archers. Les vainqueurs de chaque groupe remportent une partie de la mise totale.

 

 

Thumbnail image

 

Comment ça marche ?

 

Le but de ce tournoi est de proposer aux archers une confrontation amicale, mais une confrontation quand même, durant la semaine avant la compétition officielle du weekend. Le format est différent, nous ne tirons pas sur le X, mais sur le 10 “classique”. La série est donc sur 300 points, comme à Las Végas, et c’est une zone qui est ajoutée au départage des archers. Le jaune possède alors trois zones au lieu de deux, 9, 10, X. L’indice de précision récompense ainsi une flèche moyenne, proche du X, et qui n’est pas proche du cordon 8.

 

Ce format est très agréable à tirer, mais aussi très particulier. Il ne faut pas tomber dans une psychologie du “c’est plus gros alors je peux me relâcher, facile”… Erreur ! Le but est de réaliser le score parfait dans une zone plus facile à atteindre, et enchaîner les 10 avec plus d’aisance ne signifie pas l’évidence d’y arriver ! 

 

Cette première édition a été un succès, très réussi, très convivial, en musique et en commentaire de monsieur Brasseur père, président de la ligue des Flandres. Sébastien est CTR, conseiller technique régional des Flandres. Son rôle est, entre-autres, de proposer ce genre d’évènement pour faire vivre le tir à l’arc et le développer à divers niveaux. Celui-ci en est un parmi ses nombreuses initiatives.

 

Une fois les qualifications terminées, un classement est établi et des groupes de niveaux de six archers sont formés par les scores. A cet instant, le premier de chaque groupe est automatiquement sélectionné pour la finale. Le sixième rencontre le cinquième, le vainqueur rencontre le quatrième, le vainqueur contre le troisième, puis le deuxième, et enfin contre le premier du groupe. Le vainqueur final remporte la mise.

 

Ce sont des matchs courts, trois flèches sur le 10 classique. Les égalités sont fréquentes et donnent lieu à une flèche de barrage, la plus proche du centre directement.

 

Les avantages de ce format sont très nombreux, et la préparation excellente à tout niveau, pour tous les niveaux. La série sur 300 apporte de la confiance et demande beaucoup de concentration. Le match sur le gros dix se déroule contre un adversaire de niveau identique, il faut être dans le match tout de suite, les flèches de barrage sont fréquentes. Enfin, il y a un petit enjeu avec la mise à gagner, juste de quoi rester bagarrer avec les copains et copines lors d’une soirée sympathique.

 

Je remercie tout particulièrement les archers de Wingles et ceux présents lors de cette soirée pour leur accueil et pour avoir fait vivre la première de cet évènement de la meilleure façon qu’il soit.

 

Ah oui, et je gagne les qualifs avec 300 - 28X (soit 298), je gagne donc ma mise de cinq euros en retour, et je perds au barrage contre Sébastien Brasseur qui remporte de quoi le récompenser pour la qualité de son organisation, cinquante euros. Merci Séb !

 

 

KINGS OF ARCHERY

 

Thumbnail imageDépart vendredi après-midi à Weert, Hollande, dans le Sud-Ouest d’Amsterdam pour une heure et demie de route environ. De Lille, c’est trois heures de route en gros, donc facile d’accès. Il s’agissait de la troisième édition de ce tournoi, mais une première de cette envergure. Les copains hollandais ont invité leurs copains européens à venir se fritter chez eux dans un tournoi qui nous prépare à aller fritter les copains américains à Las Végas ! Oui, c’est une histoire de fritte, pas de frites, même si l’on en trouve pas mal dans ces contrées !

 

Et bien, nous sommes tous très content de notre weekend, les quatre din l’carette, Sébastien Peineau, Sébastien Brasseur, Guillaume Rubben et moi partions pour cette première pour chacun de nous. Le tournoi cachait une singularité inédite : le tournoi “Nerves of steel” (les nerfs d’acier) que je détaillerai à l’entre-acte.

 

Vendredi soir, nous sommes accueillis pour un entraînement au club de Weert. Une salle de tir dédiée et magnifique, le tir se déroule sur un moquette personnalisée où les lignes de tir sont matérialisées, au travers de fenêtres. Le mur de tir est monté sur roulettes, il se déplace sur toute la longueur de la salle, de 10 à 30 mètres. Derrière nous, un club house-bar et une grande salle de conférence pour le montage du matériel. Superbe !

 

Petite ville très sympathique, pavés et couleurs assorties, nous croisions une fanfare de tambours et trompettes après un bon dîner de la brasserie du centre pour rentrer à l’hôtel en cinq minutes à pieds. Sur notre chemin, nous la suivions le temps que les musiciens entrent un à un au pub, sûr que la soirée aura été chaleureuse ! La Hollande est un pays très agréable, très froid, mais agréable ! Le fait qu’ils soient tous bilingues nous facilite grandement la tâche, l’anglais est très nettement plus facile à apprendre que le hollandais ! Les quelques mots que les potes hollandais m’apprennent ne doivent pas apparaître sur un site Internet…

 

Thumbnail imageSamedi, la compétition commence, deux volées de chauffe, et c’est parti pour un mini Vegas shoot de deux fois 300 points. Comme à Vegas, comme pour le Big Ten Challenge, il nous faut compter le gros dix, et y inclure le X pour le classement. Avec une nouvelle série tirée le lendemain, le but est d’atteindre 900 sur 900 points pour figurer dans le fameux “Shoot off”. A ce jeu-là, seul Sébastien Peineau parmi les français avait rejoint ce niveau avec 900 points lors du Vegas Shoot 2014 en février dernier. 

 

Vegas oblige, le diamètre des flèches est ainsi autorisé jusqu’au 2712. Les Frenchies s’amusaient donc en gros calibre, seul Guillaume décidait de rester fidèle à ses 2315 ! Pour cette situation par exemple, il y a un mot hollandais pour nous décrire, mais c’est dommage, je ne sais pas l’écrire, et je ne voudrais pas faire de faute d’orthographe par respect pour ceux qui me l’ont appris ;-) Hihi

 

Thumbnail imageComme à Vegas ! Ca tremble pareil sur la dernière flèche du premier et du dernier 10 ! Pourtant il est gros ce 10, mais si facile à rater une seule fois… Alors, cette fois, j’ai tenté de rester bien focalisé sur mon objectif, tout en portant attention au fait que je tirais avec un arc qui n’avait pas encore atteint la centaine de flèches ! Et ça passait pour cette première série à 300 points, dont 28 X pour noter une bonne précision. La deuxième série a été encore plus précise, toujours 28 X, mais une carte nettement plus belle et j’atteint 600 points pour cette première journée, deux X derrière Mike Schloesser. Satisfait de cette première sortie du nouvel arc, je ressens tout de même quelques trucs à gratter pour la suite (bien entendu, la Delochite n’est jamais très loin ;-))).

 

C’est la coupure, la salle ferme et nous partons vers un autre horizon, pour une autre façon de tester nos nerfs… Si au format Vegas, un arc à poulies hommes ne doit pas coller une flèche en dehors de la gamelle 10 classique sous peine d’être exclu du “Shoot Off”, le format “Nerves Of Steel” ne pardonnera rien du tout.

 

 

NERVES OF STEEL

 

Thumbnail imageEn partant pour ce weekend, nous comptions bien nous marrer. Autant allier la performance avec le plaisir, car dans ce cas, même si elle n’est pas au rendez-vous surtout en début de saison, au moins, on rigole et on garde l’envie de recommencer intacte pour les compéts importantes à venir où nous serons plus sérieux.

 

Nous avons donc rigolé, particulièrement lors de cette soirée de gala… Musique à fond, tous les gens avaient amené un arc et une flèche !? Soixante-quinze archers et autant de flèches… cassées ou voilées ! L’ambiance était au rendez-vous, c’était génial, et les zygomatiques chauffaient au rythme des boutades et tentatives de déconcentration des copains en visée ;-)

 

Le principe du tournoi au nerfs d’acier est d’arriver à tirer sa flèche au centre d’une plaque d’acier. La “zone de sécurité” commence au 8, puis se réduit au 9, au 10 classique, pour finir à une ouverture de 20 mm de diamètre qui correspond au X d’un blason de 40 centimètres.

 

Une seule flèche doit être utilisée seulement. Si elle devient inutilisable ou endommagée par un contact avec la plaque d’acier, c’est fini. Si elle reste droite et en état, ça continue pour le tour suivant dans la zone réduite et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un !

 

Thumbnail imageAlors, j’insiste bien sur le fait qu’une seule flèche est sacrifiée, pas la douzaine… Il n’y a pas un vendeur de flèches qui nous saute dessus dès qu’il entend BIIIIINNNGGG de l’autre côté de la salle. Alors cela devient romantique, cette flèche qui n’a rien demandé pourrait très bien se retrouver plein fer (pas plein-centre dans ce cas donc, mon expression est faussée pour l’occasion), ou après tout, ne rien avoir du tout (en la tirant bien sûr, malin…). Tout est donc question de mental, alors pourquoi penser quelle pourrait finir avec une pointe au niveau de l’encoche, bien carrée ?

 

Elle ira dans la gamelle, cette gentille petite flèche. Je lui disais “Au-revoir” avant chaque vol, quand même, on n’y voyait quand même pas grand chose, et c’était aussi super stressant ! J’ai pas fait le malin, d’autres champions non plus d’ailleurs, mais nous nous sommes bien amusés ! Néanmoins, cet exercice était très efficace pour l’exécution d’un tir parfait, le tir à ne pas louper, une flèche qui doit atteindre son objectif à tout prix… Vous voyez la logique ?

 

Quelque fois, il est bon de se souvenir des bases de tir par un rappel à-même les trippes, une flèche, un 10, pas de routine, 100% sur chacune point barre. Le Nerves Of Steel, c’est exactement ça, et ça peut coûter une flèche. L’avoir en tête pour la suite peut ramener bien d’autres récompenses.

 

Thumbnail imageLoin d’être facile, et d’être gagné. Ma flèche aura glissé sur le bord de ce centre évidé de vingt millimètres. Le son en rapport me laissait tous les doutes sur la suite du tournoi. Tous les finalistes n’ayant pas réussi à coller une pastille et ayant leur unique flèche défoncée, j’étais le plus proche du centre avec ma flèche voilée et je remportais ainsi le T-Shirt du vainqueur “I SURVIVED THE NERVES OF STEEL SHOOT” !

 

 

Vingt-deux heures, il est temps de rentrer se coucher pour finir le boulot vers un 900/900 avec cette dernière série le lendemain matin.

 

 

900, LE SHOOT OFF

 

Thumbnail imagePunaise, j’suis raide, j’vais en chier un peu aujourd’hui. L’arc est court, je n’arrive pas à me mettre dedans. Je choisis d’attendre de chauffer. Nous n’avions que deux volées pour se lancer dans la compét. Je lâche prise côté précision au bénéfice de ma qualité de placement pour reprendre un peu de tir à l’arc avant de vouloir les coller dedans. Quelques flèches sont donc sorties du X, mais restaient dans la grosse gamelle sans doute possible. C’était ce que je demandais à cet instant, donc ça roule. Je termine à 300 points, et 25 X. Cette dernière flèche au 10 était un régal, j’ai savouré cet instant d’accomplissement de quatre-vingt-dix flèches lâchées dans une pastille de cinq centimètres ! Seuls Mike Schloesser et moi terminions à 900, les copains avaient commis une ou plusieurs petites sorties de route, mais étaient content de leur parcours également.

 

Alors ensuite, il s’agit de tirer le fameux “Shoot Off”, comme à Vegas, encore une fois : les archers ayant tiré 900 points doivent se départager. La règle est simple, celui qui tire un 9 est éliminé, et à la fin, il en reste un.

 

Seulement à Weert, on est pas à Vegas, on se prépare pour Vegas, alors on repêche les archers qui suivent dans le classement. Il y a eu une volée de barrage entre les archers à 899, sept archers pour six places. Une fois effectué, nous étions huit finalistes.

 

MAIS ! Il reste le chien chanceux… Lucky dog ! Et oui, à Weert, on veut neuf archers en finale ! C’est une flèche de barrage générale qui est tirée, soixante-quinze tireurs doivent réaliser un 10 classique. Les 9 sortent. La zone est réduite au X : les 10 et moins sortent. Ceux qui restent doivent tirer un X “Inside-out”, autrement dit, un centre parfait. Seule la plus belle des flèches inside-out ira au Shoot Off !!!

 

Sébastien Brasseur a coiffé tout le monde au poteau avec sa flèche pleine balle, calibre 27 s’il vous plaît !!! Allez vient copain, on va en finale avec Séb Peineau. Guillaume tirait lui aussi un X avec ses 2315, il ne touchait pas les bords, mais légèrement de côté il devrait nous supporter et laisser son arc tout neuf au sol. On était d’accord, c’était une belle fin de compét de cette manière !

 

Thumbnail imageVoilà donc la Shoot Off qui se pointe, après quatre heures d’attente. La salle un peu froide, le couloir d’attente glagla, et on nous appelle un par un, énonçant le palmarès de chacun en diffusant une musique de notre choix pour coller au personnage ! Ambiance garantie, salle noire, musique à donf et projecteur unique sur l’archer marchant jusqu’au pas de tir. Tout l’monde est là ? Alors on rallume et ça sonne pour une volée de chauffe seulement.

 

Ouch ! Réveil difficile ! Je suis toujours aussi raide et c’est chaud patate pour tenir la bestiole ! Je maîtrise mieux un grand arc pour cette raison, les reprises “au saut du lit” (une expression, je ne me suis pas couché à quinze heures !) sont plus tolérantes et douces qu’avec un petit nerveux. En salle, en hiver, il ne faut pas me brusquer, le petit quart d’heure est requis, à toute heure du jour ou de la nuit ! Passé ce quart d’heure, je suis opérationnel !

 

 

 

Une volée de chauffe, deux volées sur le grand 10, et le reste sur le X, jusqu'à ce qu'il en reste un. Ca rentre bien, j’ai tiré quatre volées du Shoot Off, douze flèches, onze X, et une dernière flèche au 10 à rien du tout screugneugneu. Terminé pour moi, je suis cinquième. La volée suivante, deux autres archers sortent en même temps, restera Séb Peineau et Martin Damsbo qui l’emportera après deux belles volées serrées.

 

De Toulon à Weert, je suis très satisfait de ce que j’ai réalisé avec ce nouvel arc. J’avais opté pour une inclinaison de grip à +4mm, et c’était un cran de trop. Mes erreurs étaient souvent un ch’touille hautes : je prends confiance et libère mon tir petit à petit, le relâchement est bon mais peut causer quelques embardées. J’ai terminé par une embardée, bien tirée et agréable, mais qui ne marque pas le bon point. Le feeling est bien présent avec le jouet, c’est l’essentiel !

 

 

SEANCE DU BRICOLEUR

 

J’arrête d’en dire trop sur cet arc, je dois écrire l’article pour la laboratoire ! Et j’aime tester votre patience ;-)

 

 

Prochaine étape, réglage du grand rouge, petite compét d’essais à suivre, et weekend de sélection aux championnats d’Europe dès le 14 décembre prochain.

 

Le calendrier de l’Avent est en route, et j’ai commandé de la neige au père Noël. Cette année pour la première fois depuis quatorze ans, je serai en famille.

 

A bientôt pour le reste, et quel reste !!! ;-)

 

 

PS : un petit bonus vidéo devrait voir le jour au sujet du Nerves Of Steel…

© stain photo. All Rights Reserved.