Sondage sur ''la victoire''.

Sondage du 08 mars 2012.

Merci à vous tous pour ces réponses très enrichissantes !

La victoire, pour vous, c'est quoi ?

Gagner, atteindre son objectif, être capable de se reconfigurer, déceler un élément imprévu bénéfique, apprendre de l'échec, participer, passer un cap, vaincre ses peurs, vaincre un adversaire, attitude ou résultat, muscles ou matière grise...

J'ai bien mon idée qui est en train de mûrir avec l'expérience du haut niveau, il sera intéressant de la partager, mais d'abord l'esprit d'équipe voudra que l'on partage pour progresser, et même dans un sport très individuel !

A vos plumes !!!

Madison 55

  

« L'archer est un modèle pour le sage, quand il a manqué le milieu de la cible, il en cherche la cause en lui-même ». Confucius.

Je ne cherche pas la victoire sur les autres, car je suis trop néophyte pour l'obtenir. La victoire sur moi-même est la seule que je recherche. J'essaie d'éprouver des sensations, le contact de mon arc sur ma paume, de ma main sur ma joue, la continuité du mouvement, ma respiration, une grande sérénité intrinsèque. J'essaie de ne pas donner de valeur à ma flèche, à aucun moment. Je crois que lorsque l'on atteint comme vous, le haut niveau, c'est une part importante de la victoire. Ne pas donner de nom à sa flèche ou de valeur particulière. Ce n'est pas 'la' flèche de barrage. La flèche du dernier point à mettre etc...Quand la vacuité de pensée peut se mettre en place, alors reste seule la technique. Celle qui doit être mise en place et rien d'autre. Vous êtes tous des archers d'excellence. Ma prétention ne peut rejoindre les vôtres en terme de réponse et d’analyse, aussi est-ce en toute humilité que ma notion de victoire ne peut s'assimiler qu'à un cheminement intérieur dans l'espoir d'un tir d'harmonie.

Gérard Romero

Je tire depuis 1983, et en classique depuis toujours. L'an dernier j'ai eu l'opportunité d'essayer un arc à poulies et depuis je n'utilise plus que cette arme. La victoire pour moi çà été simplement de repartir quasiment à zéro, de redevenir un élève et d'apprendre de nouveau des éléments dans le tir à l'arc.

Je connais une personne qui a dut changer de latéralité suite à un problème de vue, j'avais parlé avec lui a l'époque et la victoire pour lui avait été simplement de revenir au même niveau de tir, c'est un peu ce que vis en ce moment.

Xavier

La victoire pour moi c'est :

Terminer premier de la compétition quel que soit le niveau de celle-ci.

Gagner avec soi même, parvenir à réaliser ce pour quoi l'on s'entraîne, tirer les flèches comme on veut le faire.

Donner le meilleur à chaque flèche tirée.

Maîtriser son stress.

Les deux derniers permettant l'accession au premier. Cela nécessite de gagner contre les autres, avec sa maîtrise (d'autres diraient contre soi même) de soi et de la situation dans laquelle se présente la confrontation.

Rémy

La victoire m'est inconnue, et je ne crois pas en elle. Mais une victoire est possible !

Une victoire c'est quand un combat bascule en notre faveur, quand la somme de toutes nos énergies consacrées vers un seul but se concrétise, et qu'un combat se termine en nous laissant ce sentiment de plénitude intense qui nous emplit et nous désoriente.

Mais une victoire n'est qu'un pas sur la route de tous les combats que nous avons a mené, pour lesquels nous accumulerons des victoires mais aussi des défaites.

Une victoire doit donc se savourer, se déguster car même si elle peut être fréquente, elle est rare….

Fred Villard

  

La victoire pour moi, pour l'avoir vécu il y a pas mal d'années en arrière, c'est vivre un moment de grâce lors des duels ou il n'y a aucun doute, pas de stress et l'assurance du geste qui fait que la victoire ne peut pas t'échapper. J'ai pu revivre ces petits moments de grâce avec toi en équipe il y a quelques années mais la joie de la victoire n'est pas la même : tu la partages avec tes coéquipiers dans une communion des sentiments alors que la victoire individuelle, je l'ai plutôt vécu de l'intérieur.

Aujourd'hui, chaque "victoire", que ce soit en compétition, à l'entraînement en faisant des matchs, voir à la pétanque entre deux volées me procure un peu de cette joie. Je tire à l'arc parce que j'aime ce sport, pour retrouver mes amis et de temps en temps pour revivre ces petits moments de grâce que procure la "VICTOIRE".

Mima

C’est magnifique de vous lire tous ! Un grand merci, archer ou non, le sens de la vie est exprimé et cela fait du bien de retrouver des valeurs. De l’interrogation "victoire " je me pose la question " réussite " et "succès " et vous ? Pour toi, PJ, je ne pense pas que l’on puisse évoquer l’idée de succès de *circonstance * ! Qui résultent de vagues d’opportunités, plus que du *mérite*. Il faut accepter, je crois que même méritant, c'est à dire, en ayant accompli travail et engagement, il puisse y avoir des "loupés" ! Tant il est vrai qu’il n 'y a pas de réussite facile et d’échec définitif. Alors moi, je ne connais qu’une recette ! RECOMMENCE ET ENCORE ET ENCORE ! Dans un désir d’accomplissement qui te permettra d’atteindre ce que tu recherches. Et, comme disait Montesquieu : « Ne néglige pas les menus détails dont dépend cependant la réussite de presque toutes les grandes affaires. »

On se doit d’associer la joie à la victoire, mais aussi le sens du travail bien fait et de la rectitude morale non ? Alors ce n’est, peut - être que le passage progressif de l’homme d’une moindre à une plus grande satisfaction
merci PJ, pour tout, et, courage !

Philippe

Finir 1er en tirant comme une bouse n'a pas de valeur. Je préfère un gros huit bien tiré a un dix lâché dans la douleur. Pour moi tirer deux séries complètes proprement, sans prise de tête serait une belle victoire en soi, quelque soit le résultat final. Pas facile, On ne se refait pas...

Super Blog PJ, Bonne continuation

Jean-Jacques Pasquet

Très sympa votre blog, plein d'expériences à tenter, d'essais à faire !!! Pour moi la victoire me procure un sentiment d'accomplissement que j'aimerais ressentir plus souvent. Mon problème c'est que je n'ai pas la "niaque" du compétiteur, je tire plaisir sans m'automotiver. D'un autre coté, depuis presque 20 ans, j'ai toujours autant de joie sur un pas de tir, j'ai juste, dans un petit coin de ma tête, un truc pas abouti !!! Comme quoi, tout n'est jamais fini, on peut toujours progresser.

Merci à vous

Pierre

Je pratique le tir à l'arc depuis de nombreuses années, 25 ans. Personnellement, être vainqueur ne constitue pas une finalité mais le résultat d'un instant où tous les éléments étaient en place pour gagner.
Par contre, ma plus grande victoire, c’est de garder intact malgré les années et mon âge mon enthousiasme et ma passion pour ce sport. C’est ressentir jour après jour toujours le même plaisir et découvrir de nouvelles sensations. C'est aussi rechercher la perfection du geste, un certain bien-être physique et psychologique au travers du tir. C'est l'appartenance à une communauté, la communication. C'est s'émerveiller quand miraculeusement tout semble si fluide, si facile.

C'est poursuivre encore des années cette expérience enrichissante. Et s'il advient par hasard une victoire lors d'un concours je me dis "c'est la cerise sur le gâteau"et cela me procure une grande joie. Mais je sais que ce plaisir sera éphémère. Je comprends aussi que les compétiteurs ne peuvent se contenter de ces considérations éthérées.

Mathieu Rougier


Pour moi la victoire c'est avant tout gagner mais pas n'importe comment !

Pour ce qui est d'un tir de qualif, être 1er, 2ème ou 3ème peu importe, je cours après des perfs... Ma citation préférée dans notre domaine c'est : un X n'est pas une bonne flèche si elle naît d'un mauvais tir (Frangilli)...
J'ai pendant mes années junior énormément râlé à la fin de mes compétitions à cause d'un score qui ne me satisfaisait pas. Toutes les personnes de mon club venaient me voir pour essayer de me réconforter, sans succès bien sûr, car ils ne comprenaient pas. Malgré ma première place sur le podium, cela ne me suffisait pas...
Pour exemple, sur un CF universitaire j'étais sur le point de battre le record de France et de le placer à 120... Une technique irréprochable, les 10 défilaient sans forcer et avec aisance... une sensation de bien être ! Malheureusement, ma dernière flèche, avant même qu'elle ne soit arrivée en cible, je savais qu'elle ne serait pas au centre et je me doutais même de sa position. Sans regarder ma cible, je connaissais mon erreur et par expérience je savais ou celle ci me conduirait.

Ensuite pour ce qui est de gagner en équipe, là... j'ai mes meilleurs souvenirs... C'est magique, c'est une pression énorme qui se relâche sur la toute dernière flèche et surtout si c'est un coéquipier qui a la pénible tâche de faire gagner son équipe... mais ensuite, c'est un relâchement, un frisson, une sensation de montée d'adrénaline... bref génial!! Surtout quand il y a du monde derrière qui applaudit, et qui nous supporte.

La plus grande victoire pour moi aurait été de réaliser une de mes ambitions qui maintenant est loin. Décrocher une sélection en équipe de France... :(

Philippe

La victoire est la récompense de ses heures d'entraînements, de ses flèches tirées avec passion, de cette décoche apprivoisée, de ses gestes fluides, de l'harmonie de l'esprit, avec l'arc, c'est aussi la connaissance du matériel, de l'évolution de ce sport, de ce respect envers chacun, tout cela est une victoire qui amante un jour à sa victoire lors d'une compétition, ou sur soi même. Tous les efforts fait, acquis sur tant d'années, seront un jour une grande victoire, une récompense de soi.

Papouch

Et bien mon gars, de mon expérience à moi, c’est que si tu ne te laisses jamais dominer par la fatalité ou par une prétendue scoumoune ou par les grincheux, ou par ceux qui peignent le diable sur la muraille et que tu continues à travailler en approfondissant et en nourrissant ta réflexion et tes rêves. Tu vaincras ! Et souviens toi que la honte n'est pas de perdre face à l'adversaire parce que tu t'es senti inférieur (surtout quand tu as bien travaillé) MAIS, c'est d'être inférieur à toi ! A mon sens, le vainqueur n’a de mérite que si le vaincu est valeureux. Ciao PJ je suis avec toi !

CPT Stéphane Hanotiaux

La victoire ! Un mot qui en dit long, pour ma part la victoire signifie l'accomplissement du devoir bien fait, le résultat final de toute la préparation physique, mentale et la mise en place des fondamentaux, dans notre sport comme au travail. Une flèche bien tirée ! C’est une victoire, des vies sauvées lors d'un incendie ou un AVP c'est une victoire !!!

Voila pour moi la définition de la victoire. Merci a toi pierre julien pour ce petit sondage et bonne saison a toutes et a tous. Sportivement.

Olivier

Pour moi gagner n’est pas un but, avant de gagner il faut travailler, écouter, appliquer, je pense que le jour au je vais arrêter d'avoir peur de mes scores, ceux ci évolueront dans le bon sens, gagner n'est pas finir premier, mais rester constant dans ce que l'on fait. Apprendre est mon but, j'apprends chaque week-end, chaque concours est différent, si on arrive a tirer une expérience positive de nos échecs c'est gagné. Je vous souhaite une bonne saison à tous.

Eric Buthiaux

Tout d'abord , je suis très flatté que tu nous consultes, toi qui est pour nous un exemple de réussite... Pour ma part , j'ai débuté le tir a l'arc il y a très peu de temps et je suis plus près des vétérans que des juniors, malgré tout je participe avec un grand plaisir à tous les concours qui me "branchent" et je n'ai pas peur de me frotter a plus jeune et plus costaud que moi espérant toujours réaliser l'exploit qui me mènera sur la plus haute marche du podium... Mes victoires restent rares et sont plutôt le fait d'un manque de concurrence sérieuse ce jour là. Mais quel plaisir tout de même ce petit moment de gloire qui flatte votre ego, efface d'un coup les déceptions passées et vous relance vers d'autres challenges ! A quand le prochain ? A bientôt Pierrot...

Stéphane Boisseau

Pour ma part, la victoire c'est quand tout se met en place naturellement en compétition et que l'on a vraiment cette sensation de maîtrise totale de la séquence de tir pendant toute la compétition. La victoire contre quelqu'un n'est que la conséquence de tout ça et à donc moins d'importance à mon sens même si au regard des autres c'est ce dernier point qui reste.

Mathieu

Gagner sur moi même est mon objectif aussi bien à l'entraînement qu’en compétition, et aussi contre d'autres personnes. En compétition ça apporte un peu plus car cela me motive de savoir que j'ai fait  une meilleure performance que d'autre personne, même si ce jour là, pour une raison x ou y, ils  ont mal tiré. Avec un peu d'égoïsme, je le prends comme une motivation pour essayer de mieux faire la fois d’après. Mais, à l'entraînement, les choses sont différentes car je n'arrive pas à reproduire la même performance qu’en compétition, et je suis toujours obligé de me lancer des défis pour me réveiller. Obligatoirement, j’essaye de gagner quelqu'un même à l'entraînement. Pour finir, gagner pour moi, c’est une grande source de motivation pour les jours suivant, aussi bien en sport ou que dans la vie professionnelle.

Jean-Eric

Personnellement, la "victoire" est d'abord sur moi-même (corps et mental). J'ai des objectifs en termes de points en concours, mais pas de classement donc a priori pas de "je veux battre untel".

Je vais élaborer un peu plus. Quand je dis "j'ai des objectifs en termes de points", ça veut dire qu'en début de saison je me fixe un objectif. Ensuite, je fais 2 séances d'entraînements par semaine + compèt le WE, soit environ 4000 flèches sur une saison salle et je tiens un logbook des entraînements et des évolutions de mon matériel, de ma séquence de tir... et je fais attention "à ménager la monture" pour avoir une saison pleine (pas simple...).

Bref, j'essaye de mettre les atouts de mon côté. Maintenant, si je suis qualifié en départemental et/ou régional c'est la cerise sur le gâteau (je ne parle pas de ch. de France). Et le jour du ch. je ne me fixe pas d'objectif, je sais que les duels sont cruels. Mais, après un duel en départemental avec Sébastien Peineau qui me met la pâtée, me dit "tu as bien tiré!", bon ça fait toujours plaisir. Qui plus est ce jour là, j'ai pris la 3eme place lors d'un duel contre un archer qui sur le papier est bien meilleur. Or je ne le savais pas du tout, et il n'y avait que dans la salle qu'il y avait des rumeurs durant le duel. Ca fait bizarre. Mais encore une fois ce n'était pas un objectif. C'est venu comme ça.... 

Chrystelle

La victoire, être capable d'atteindre son objectif en s'adaptant quelle que soit la situation, la satisfaction d'avoir fait tout ce qu'il fallait et d'avoir donner le meilleur de soi... Pour moi dans notre discipline, c'est plus une victoire sur soi-même et nous sommes notre propre adversaire.

Yann Cotte

Je tire depuis 1992. Depuis que je suis père, le rythme d'entraînement et de compétition a changé (l'aînée va avoir 15 ans). On va dire que selon les semaines, je sors entre une petite heure et 3h d'entraînement. Depuis cette année, le dernier (10 ans) est licencié, il tire sur un FUSE Freestyle, poulies, décocheur, après avoir lancé sporadiquement des flèches dans tous les coins pendant 4 ans. Les séances où nous sommes ensemble sont donc très focalisées sur lui. Bref, en résumé, la compét, c'est donc l'occasion de croiser d'autres archers, de me confronter à d'autres difficultés, de me remettre en question. Mes 2 seules coupes, je les dois à la flemme de mes petits camarades ces jours là qui étaient restés chez eux. Avec un record perso à 350 en campagne, je ne vise donc pas la lune. La victoire, elle est contre moi même. Un exemple, c'est sortir sur un parcours ou un morceau de parcours un 18 sur un birdie loin, ou 3 jaunes sur une 45m, 45° en montée, avec la correction qui allait bien. Ou une 60m, sur la crête suivante, rafales de mistral, et grouper dans un gros poing, même si ce n'est pas plein centre.

MA victoire, c'est faire une volée où je n'ai rien à me reprocher, où le tir a été fluide, propre, bien estimé, bien décoché, bien travaillé. Ma victoire, c'est la cible affreuse sur laquelle on cogite tous et où je me sors un max de points par rapport aux copains.

Ma victoire, c'est quand je vois le score final, et que j'ai fait un meilleur score que mes potes de même niveau. Ce ne sont que de petites satisfactions, pas l'ivresse de la victoire, mais ce sont elles qui me donnent toujours l'envie de m'entraîner, l'envie d'aller voir sur des concours totalement inconnus ce que je vaux, et pas sur les cibles d'entraînement que je connais par coeur. C'est me confronter à une mauvaise météo, de la pluie, du gros vent, et malgré tout revenir avec un score correct. Si en plus la journée s'est passée avec de supers potes, c'est un bonheur total.

Mon échec par contre, c'était par exemple cette année mon unique compèt en salle, où j'ai sorti peu avant des flèches alus 2314 à grosses pointes, moi qui tire toujours de l'ACC 3-28. Réglage très différent, flèches plus lentes, très sensibles à plein de choses parasites dans mon tir, etc, bref, mon plus mauvais score.

Mais le bilan, c'est une remise en question de certains gestes, et une progression. Même l'échec construit, si on est attentif à la méthode, à la manière, plus qu'à un simple score. Faire un max sur un concours cadeau en ayant tiré comme un porc ne me satisferait pas. Je préfère revenir content de la majeure partie de mes tirs, motivé pour faire encore mieux la fois d'après. Certes, ce ne sont pas les mêmes impératifs que ceux que tu vis, mais c'est ma manière de prendre plaisir au tir à l'arc, tout en étant dans la bonne moyenne.

Quentin

La victoire est avant tout gagner. Après tout est question de définition du mot gagner et contre qui. Gagner contre soi même en passant outre un entraînement/compèt éprouvant moralement et/ou physiquement, retomber sur ses pattes après avoir subi un échec. Gagner contre quelqu'un sur le papier plus fort.

Bref, je pense que c'est quand même un peu tout à la fois.

adesignlogo site pj repaxcelbeitereastonfbshoyt pilla minox socks selectour